Vin du Jura : Quels sont les 5 cépages typiquement jurassien ?

Blanc, rouge, jaune ou encore paille, les vins du Jura sont assez spécifiques et se distinguent de ce que l’on trouve ailleurs en France. Le Jura est un tout petit vignoble de seulement 2000 hectares, qui mérite que l’on y prête attention. Partons ensemble à la découverte des vins du Jura !

Les vignobles du Jura : une petite superficie mais une grande diversité

Situation du vignoble et géologie

Le vignoble du Jura s’étend sur environ 80 km de long et 5 km de large, le long des contreforts du Jura, entre Salin-les Bains au nord et Saint-Amour au sud. Il fait face au vignoble bourguignon. Il représente une petite superficie de 1850 hectares, mais il compte quatre appellations d’origine contrôlée géographique : Arbois, Côtes du Jura, l’Etoile, Château-Chalon et trois AOC produits : Macvin du Jura, Crémant du Jura et Marc du Jura. Ce vignoble jurassien est donc caractérisé par sa diversité.

La région qui porte le vignoble est appelée Revermont ou le Vignoble. Elle est située au pied du premier plateau calcaire du Jura et offre un paysage de coteaux et de collines. Le vignoble du Jura est implanté à une altitude comprise entre 200 et 450 m, sur des versants souvent à forte pente entre 10 et 40% et avec une exposition sud-ouest. Cette forte déclivité oblige parfois les viticulteurs à cultiver en terrasses.

Il a une situation géologique originale, puisqu’il est constitué de sols de marnes, d’argiles et d’éboulis calcaires. Les types de cépages dépendent justement des sols dans lesquels ils sont plantés, ainsi que de l’altitude.

Le climat du vignoble du Jura

Le vignoble du Jura bénéficie d’un climat semi-continental : des hivers rigoureux, froids et avec des gelées printanières qui durent jusqu’en avril. Les étés sont particulièrement chauds. Les précipitations se répartissent bien sur l’année, mais les automnes sont assez pluvieux, ce qui peut entrainer des dégradations de la qualité du raisin.

Quels sont les 5 cépages des vins du Jura ?

On retrouve 5 cépages cultivés dans le Jura : 2 cépages blancs et 3 cépages rouges. Les vins du Jura qui en sont issus peuvent être mono-cépage ou d’assemblage, c’est-à-dire qu’ils sont obtenus à partir d’un mélange de 2 cépages ou plus.

Le Chardonnay

Il s’agit de l’un des cépages blancs les plus plantés au monde, ce n’est donc pas étrange de le retrouver dans le vignoble du Jura. Il est d’ailleurs très présent, puisqu’il représente plus de 40 % du vignoble jurassien. Il a une grande capacité d’adaptation et n’est pas difficile dans le choix du terrain : il s’accommode aussi bien d’un sol avec des graviers, des terres légères ou encore des marnes. Il donne des vins blancs floraux aux arômes d’agrumes, de pêches et de fleurs blanches, en fonction du sol sur lesquels il est cultivé.

Le Savagnin

Emblématique du Jura, ce cépage murit très lentement et se plait beaucoup dans des températures fraîches. Les feuilles sont de petites tailles, parfois gaufrées, et les baies sont de couleur jaune doré. C’est le cépage idéal pour un élevage de type oxydatif ou « sous voile ». Du fait de sa maturation tardive, il est parfait pour l’élaboration du vin jaune. Il donne des vins blancs du Jura puissants et avec des arômes complexes : beurre frais, fruits à coques, sous-bois, épices… Mais toujours en restant bien acidulé.

Le Poulsard

On le retrouve parfois sous le nom de ploussard, selon la zone vignoble dans laquelle il se trouve. Il s’agit d’un raisin avec une peau rouge très fine et une pulpe blanche, ce qui donne souvent des vins proches du rosé en pigment. Ce cépage, le plus répandu après le Chardonnay, se plait sur les terrains forts argileux et marneux. Il donne des vins d’une grande finesse, légers, frais, avec des arômes de fruits rouges et des notes chaudes et épicées, qui se dégustent très bien même l’été en apéritif. 

Le Pinot noir

Il s’agit ici d’un cépage noir, rarement utilisé en mono-cépage pour les vins du Jura, mais plutôt en assemblage avec le Trousseau ou le Poulsard. Il s’est implanté sur les sols graveleux et arrive généralement le premier à maturité. Il donne des vins rouges à la robe soutenue, avec des arômes de sous-bois, de mûres ou de cerise.

Le Trousseau

Ce cépage, emblématique de la région, couvre moins de 10 % du vignoble du Jura. Son nom viendrait de l’aspect ramassé du raisin. Il a besoin de sols graveleux assez chauds ou de marnes peu profondes, ainsi que d’un bel ensoleillement pour s’épanouir. Ses fruits, à la peau rouge et au jus blanc, donnent des vins denses avec une longueur en bouche surprenante. Après vinification, il développe des arômes intenses, poivrés et épicés, ainsi que des notes de fruits rouges.

Les vins les plus connus du Jura

Parmi la large palette de vins qu’offre le vignoble du Jura, nous pouvons en citer 3 particulièrement réputés :

Le vin Jaune 

Son nom vient de son intense couleur dorée. Il est d’ailleurs aussi appelé « Or du Jura ». Élaboré exclusivement à base de Savagnin, il est conservé en fût de chêne pendant au moins 6 ans et 3 mois pour donner naissance à ce nectar divin, aux arômes de noix, noisettes, amandes et épices. Il est ensuite transvasé dans une bouteille de 62 cl, appelée le Clavelin, qui correspond à ce qu’il reste du litre de Savagnin après le passage dans le fût.

Le vin de Paille 

A ne pas confondre avec le vin jaune, le vin de paille est typiquement jurassien. Les grappes de Chardonnay, Savagnin, Poulsard et Trousseau sont déshydratées pendant 3 mois, avant d’être pressées. Le jus obtenu va fermenter et vieillir lentement pendant 3 ans, ce qui donnera un vin liquoreux et très sucré avec des saveurs fortement marquées en agrumes confits et en épices.

Le Macvin du Jura

Ce vin de liqueur, qui se sert aussi bien pour l’apéritif que pour le dessert, est un assemblage de moût de raisin et de marc du Jura. Il s’agit d’un vin muté, c’est-à-dire qu’au tout début de la fermentation des fruits on ajoute une eau-de-vie qui provient de la même exploitation (qui aura été placée en fût pendant 14 mois avant). Le mélange va passer minimum 10 mois en fût. Le Macvin peut être rouge, blanc ou même rosé et donner des arômes d’épices, de miel ou de fruits secs.

A lire : Comment reconnaître un vin tannique ?